Les Poeciliidés

 

 

 

Les mollies sont originaires de l'Amérique centrale. Ce sont des poissons qui demandent une eau très chaude parfois saumâtre. De nombreuses variétés d'élevage ont été produites, par croisement entre espèces, si bien que de nos jours on est un peu perdu. A l'origine, Poecilia sphenops est une espèce à dorsale jaunâtre et dotée de multiples points rouges en lignes longitudinales. On en fait de splendides poissons entièrement noirs, à voilure plus ou moins importante. Toutes les espèces de mollies demandent de grands bacs bien plantés. Le minimum est de 200 litres pour le molly lâcheté, et de 400 à 500 litres pour Vélifera et p.latipinna. Il est certes possible de les maintenir dans des volumes restreint comme le font de nombreux aquariophiles, mais l'échec est assuré à plus ou moins long terme. Il semble q'un manque de vitamine D soit à la base du rachitisme observé chez ces poissons, en aquarium. Il ne faut pas oublier qu'ils proviennent d'étangs à ciel ouvert, en Floride et Asie du sud-Est. Le molly lâcheté, mesure jusqu'à 8 cm dans une eau avec un pH compris entre 7.2 et 8.5 avec un dGH de 15 à 30° et une température de 27 à 30°c. Chez le mâle, le nageoire anale s'est transformée en organe copulateur. Pour la nourriture, c'est un omnivore avec une prédominance végétale. C'est un poisson paisible, on peut le maintenir, sans problème en groupe, toujours avec plusieurs femelles pour un mâle. La reproduction est aisée chez le molly lâcheté, les petits naissent tout fait, par portée de 60 alevins déjà formés et noirs. C'est une espèce qui mange rarement sa progéniture. C'est pourquoi il est possible de la laisser grandir avec ses parents. L'élevage des jeunes, est quand même problématique car cette espèce est sujet à de nombreuses maladies.

 

Chez le véliféra ou le ltipinna, ils mesurent entre 12 à 15 cm dans une eau avec un pH compris entre 7.2 à 8.5 avec un dGH de 10 à 30°d et une température comprise entre 27 et 30°c. Pour le dimorphisme sexuel, le mâle est gonopode. La nageoire dorsale, est considérablement développée chez le mâle. La femelle reste plus petite et ne développe pas un tel appendice. C'est un omnivore mais avec une prédominance végétale. Le comportement est paisible mais les mâles, se livrent à des parades impressionnantes, mais malgré leurs grandes tailles, ils ignorent les aures. Ils faut les maintenir par trio. Toutes les espèces de mollies demandent de grands bacs bien plantés. Pour le poecilia sphénops un minimum de 200 litres, mais pour véliféra et latipinna de 400 à 500 litres est un minimum. On peut les maintenir dans des bacs plus petits mais à plus ou moins long terme on est voué à l'échec.

 

 

Poecilia réticulata est le poisson le plus connu en aquariophilie par les amateurs et les pro. Il est originaires d'Amérique du sud, mais aujourd'hui, sa répartition géographique s'est beaucoup étendue. En effet, le guppy joue un rôle important dans les pays tropicaux, pour la lutte contre le paludisme. Il est capable, d'absorber son poids en larves de moustiques. Les couleurs originelles n'ont rien à voir avec celles développées par l'élevage. Les nageoires caudales et dorsales, se sont complètement transformées pour devenir de long voiles. De nos jours, les femelles ont suivis cette amélioration. C'est un poisson qui mesure 3 cm pour le mâle contre 6 cm pour la femelle. Le pH doit être compris entre 6.5 et 8.5 avec un dGH de 10 à 25°d et une température comprise entre 22 et 28° c. Au niveau du dimorphisme sexuel, la femelle est plus grande que le mâle. En outre, une tâche noire, près de la nageoire caudale est bien visible. Le mâle, est bien plus coloré et a des nageoires particulièrement développées. Sa nageoire anale est transformée en organe copulateur: Le gonopode. Pour la nourriture, il ne pose pas de problème. Le guppy raffole de larves de moustiques et de nauplies d'artémias mais une petite proportion de nourriture végétale, est conseillée. C'est un poisson paisible, de surface, toujours actif, qui ignore les autres habitants du bac. Pour son bien être il faut compter plusieurs femelles pour un mâle. Pour la reproduction, il est sûrement le poisson le plus facile à reproduire en aquarium. La femelle, pond entre 40 à 80 alevins en moyenne tous les mois. Une seule fécondation sert pour plusieurs potées. Les petits qui sont grisâtres à la naissance sont immédiatement capables de se débrouiller seuls. La croissance est rapide et dès la troisième ou la quatrième semaine, on peut reconnaître les mâles des femelles, grâce à la petite tâche noire que l'on voit près de la nageoire caudale. Le gonopode chez le mâle commence à se développer au cours du deuxième mois. Les jeunes demandent une eau claire, souvent renouvelée et beaucoup de nourriture. Ces poissons ayant un court intestin, il faut les nourrir entre 4 et 5 fois par jours. Si l'on veut avoir de beaux poissons plus tard, il ne faut pas négliger la nourriture.

 

Laisser un commentaire